Le 2 octobre dernier, GEFCA organisait une rencontre avec le philosophe Jean-Michel Longneaux. Paru juste avant le confinement, son ouvrage « Solitude, finitude, incertitude » n’est pas sans nous interpeler sur la manière dont la crise sanitaire, avec un avant et un après, marquera d’une modification profonde nos rapports à nous-mêmes, aux autres et à l’existence, supposant un processus de deuil que la philosophie peut éclairer. Que nous arrive-t-il ? De quoi devons-nous faire le deuil ? Comment envisager le deuil de manière collective ? Comment tenir compte de cette notion d’incertitude pour nous approprier notre pouvoir d’agir ?

Dans le prolongement de cette soirée, notre administrateur Roland Bec nous propose quelques-unes des réflexions que lui ont inspirées ces échanges : « La pandémie, une crise de société« .